Découverte

C’est en discutant des résultats de nos recherches réalisées chez l’homme et la souris sur la flore intestinale et le métabolisme que nous vint l’idée de faire un parallèle avec ce qui se passe chez les palmipèdes avant leur migration. Très vite a germé dans nos têtes l’idée que nous pourrions à l’avenir proposer un foie naturellement gras sans avoir recours au gavage. Nous avions alors hâte de tester cette belle idée.

Notre découverte apporte une solution mimant le développement naturel du foie gras chez l’oie, tout en respectant son bien-être.

Le foie gras : un évènement naturel pour la migration et la survie des oies.
Le stockage de gras dans le foie chez l’oie est une merveille de Dame Nature. Cela répond à un besoin vital de l’oie : s’alimenter et stocker de l’énergie pour migrer, et survivre.

A l'origine...

Le foie gras d’oie a été découvert dès l’Egypte antique par l’Homme. Son goût unique lui a permis de traverser les civilisations et les continents. Aujourd'hui, le foie gras fait partie intégrante du patrimoine culturel et gastronomique français.

La recherche médicale et fondamentale que nous menons à l’INSERM depuis ces 10 dernières années nous a permis d’identifier le rôle essentiel d’un nouvel acteur : la flore intestinale.

De nombreuses publications scientifiques chez l’animal et l’homme ont permis d’établir un lien fort entre la flore intestinale et les capacités métaboliques des individus. Ce monde de l’infiniment petit est à l’origine de phénomènes sophistiqués et extrêmement précis nécessaires à la survie des espèces.

Une écologie parfaite entre cette flore et l’hôte contribue à ce que nous sommes : des produits de l’évolution armés pour survivre.

Le foie gras, chez l’oie, est un produit naturel. Le stockage de gras au niveau du foie chez l’oie est une merveille de Dame Nature qui répond à un besoin vital de l’oie : manger et stocker de l’énergie pour migrer, survivre, et se reproduire.

Forts de nos découvertes scientifiques fondamentales, nous souhaitons les adapter au développement d’un foie naturellement gras, dans le respect et le bien-être des oies.

Les rencontres, les passions, les convictions, les compétences  ont permis de transformer ces découvertes en nous rassemblant :

  • Geneviève, vétérinaire passionnée de recherche et experte dans l’analyse du foie gras,
  • Gérard, éleveur ariégeois et professeur de physiologie et de nutrition humaine à l’université,
  • et moi, Rémy, chercheur de renommée internationale et aux champs des possibles illimités.

(> en savoir plus sur les fondateurs)

Nous avons alors vu arriver une 1ère aventure, la création d’Aviwell, et, c’est comme ça que nous sommes un petit peu devenus des éleveurs !

Après un premier test concluant, l’épisode de la grippe aviaire en France, nous a forcé à tout stopper… Il a été nécessaire pour pouvoir poursuivre nos recherches d’enrichir à nouveau le patrimoine humain d’Aviwell. De nouveaux associés ont rejoint l’entreprise, et, grâce à leur aide financière et logistique nous avons pu relancer nos groupes d’animaux et accélérer le rythme de nos recherches tout en structurant notre activité.

Aujourd’hui, nous pouvons affirmer qu’Aviwell apporte une solution éthique capable de favoriser le développement naturel du foie gras chez l’oie sans requérir au gavage.

 

Notre découverte apporte une solution mimant le développement naturel du foie gras chez l’oie, tout en respectant son bien-être et ce, dans son milieu de vie traditionnel.

Remy Burcelin Aviwell

_Rémy Burcelin_

Les 3 fondateurs

Gerard Campistron Fondateur Aviwell

Gérard Campistron

Remy Burcelin Aviwell

Rémy Burcelin

Genevieve Benard Fondateur Aviwell

Geneviève Bénard